Lettre aux responsables de notre Pays.

Problème résolu, CQFD : ce qu’il fallait démontrer.

ECHEC ET MAT, LE ROI NOIR TOMBE !

Dr Denis AGRET

inscrit au conseil départemental de l’Hérault de l’ordre des médecins N° 1000 32 58 406

Montpellier, le 1er mars 2022,

Mesdames, Messieurs les responsables et dirigeants de notre Pays,

Députés, Sénateurs, Policiers, CRS, Gendarmes, Militaires, Avocats, Juges et juges d’instruction, Procureurs intègres et courageux,

A tous les adultes responsables qui sont capables d’influer pour la Paix et pour rétablir la Vérité,

Mesdames, Messieurs les journalistes (merci de relayer mes propos en les respectant = sans les déformer),

Je m’adresse à vous tant que médecin spécialiste en santé publique diplômé de la Faculté de Médecine de Montpellier en 2001 et praticien hospitalier en santé publique.

CV : https://adoptetapolitiquesanitaire.fr/?page_id=2

Je suis plus que préoccupé par la désinformation majeure concernant l’histoire du coronavirus et des « vaccins » Covid depuis 2 ans.

Il est de mon devoir de vous en informer de nouveau publiquement.

J’ai averti par courrier RAR et en main propre Monsieur le président le 26 janvier 2021, qui m’a débouté de ma demande en me répondant « le chef de l’Etat n’est pas en mesure de réserver une suite favorable à votre proposition, nos équipes étant à ce jour constituées ». cf infra.

J’ai également alerté Mr Jérôme Salomon, la commission des affaires sociale, le député Jean Lassalle, le président du CDOM 34 Philippe Cathala, les procureurs de la République de Béziers Raphael Balland en RAR, le général de gendarmerie Sylvain Lanier, le responsable départemental de la sécurité Mr Yannick Blouin par mail et tant d’autres.

J’avais déjà fait une lettre ouverte aux procureurs et aux juges d’instruction en mai 2021 déposé à la gendarmerie d’Embrun à l’adjudant-chef Laurent Bourcier en main propre.

J’ai écrit ces jours-ci au procureur de Montpellier Fabrice Belargent, remis en main propre, pour lui faire un signalement de « maltraitance » et bien plus sur enfant le 10/02/2022.

Cette lettre est restée à ce jour sans réponse comme toutes les autres.

https://rumble.com/vulyd8-protection-des-mineurs-activation-du-principe-de-prcaution.html

Tous mes propos depuis janvier 2021 ne reposent que sur des données publiques vérifiables : Santé Publique France, ANSM, INSEE, Epiphare (CNAM + ANSM), évidements vérifiables.

Je vais vous démontrer en quelques lignes la preuve irréfutable que les « vaccins Covid » sont responsables d’handicaps majeurs et de décès (quelque soit la marque, ici je me concentrerais sur la marque Pfizer dénommé aussi BioNTech Communarty) et qu’ils ne protègent pas des formes graves.

Il en va de même pour les 4 vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca, Janssen.

Tout d’abord, le rapport Epiphare de novembre 2021 établit de manière statistique indiscutable le lien entre Pfizer et le risque de faire une myocardite (une inflammation du muscle cardiaque), indépendamment de toute autre cause (analyse multivariée) et dès la première dose.

Je cite ce rapport :

« Dans les analyses multivariées, l’odds-ratio associé à l’administration du vaccin Pfizer-BioNTech est de 1.66 [intervalle de confiance à 95% : 1.16-2.37] pour la première dose et 6.88 [5.28-8.96] pour la deuxième dose. »

Le risque de myocardite lié à la vaccination était particulièrement marqué chez les hommes de 12 à 29 ans (Tableau 4). Parmi eux, ce risque était augmenté dans les sept jours suivant les deux doses du vaccin PfizerBioNTech (OR = 2.1 [1.3-3.5] pour la dose 1 et 10.9 [7.6-15.8] pour la dose 2) et la deuxième dose du vaccin Moderna (OR = 79.8 [29.8-213.4]). »

En terme plus simple, le risque de faire une myocardite est multiplié par 1,66 pour la première dose et par 6,88 pour la deuxième dose chez les 12 à 50 ans tout sexe confondu.

Et chez les hommes de 12 à 29 ans, le risque de faire une myocardite est multiplié par 11 pour la deuxième dose avec Pfizer et par 80 pour la deuxième dose avec Moderna !

https://assurance-maladie.ameli.fr/etudes-et-donnees/2021-vaccin-arn-messager-covid-19-myocardite-pericardite#download

Article d’explication détaillé du rapport Epiphare ici :

https://adoptetapolitiquesanitaire.fr/?p=236

D’autre part, les myocardites ont été qualifiées comme ayant « une évolution favorable » par l’ANSM, hors elles aboutissent aux décès de manière indiscutable.

La preuve est avérée dans le dernier rapport ANSM, focus 5 Pfizer du 10/02/2022.

https://ansm.sante.fr/actualites/point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-covid-19-periode-du-28-01-2022-au-10-02-2022

Dans le tableau 6, cf infra, 3 décès de myocardite : 1 après 1 dose, 1 après 2 doses, 1 après 3 doses et également 45 mise en jeu du pronostic vital.

Il y a donc un lien de causalité irréfutable entre le « vaccin » Pfizer, les myocardites et les décès consécutifs à celles-ci.

Enfin, et fait le plus grave étant donné qu’il concerne des enfants, l’ANSM recense 728 cas graves chez les moins de 18 ans.

Les décès Pfizer, tout âge confondu, représentent 6% des cas graves ou effets indésirables graves : 1364 décès / 22 816 cas graves = 6 %.

Il y a donc au moins 728 x 6 % = 44 décès d’enfants de moins 18 ans en France et 2068 x 6 % = 124 décès de 19 à 29 ans. (Cf tableau infra).



Ici quelques noms d’enfants ou de jeunes adultes bien réels décédés à cause du vaccin.

Toutes mes condoléances aux parents qui attendent que la vérité et la justice soient faite sur la terre pour « défendre la mémoire de leurs défunts ».

Mélanie Macip 16 ans décédée le 7 aout 2021 à Montpellier, myocardite Pfizer,

https://twitter.com/Flobga/status/1438896804104441856?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1438896804104441856%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.profession-gendarme.com%2Fdeces-de-melanie-macip-a-16-ans-suite-a-linjection-pfizer%2F

Sofia 17 ans décédée à Aix en septembre 2021, embolie pulmonaire bilatérale, autopsie.

https://www.laprovence.com/article/france-monde/6507770/lyceenne-decedee-a-gardanne-le-lien-avec-le-vaccin-ni-etabli-ni-exclu-a-ce-stade-lenquete-se-poursu

Maxime Beltra 22 ans décédé le 26 juillet à Sète dont le certificat d’autopsie infra atteste évidement que son décès est imputable à une myocardite Pfizer,

Rapport d’autopsie public :  » au niveau cardiaque, la présence d’un infiltrat lymphocytaire interstitiel sans nécrose pouvant témoigner de lésions de myocardite… »

https://www.lalsace.fr/sante/2021/10/28/allergie-ou-pericardite-de-quoi-est-mort-maxime-beltra-22-ans-peu-apres-son-vaccin

Anthony Rio 24 ans, étudiant en médecine décédé le 18 mars 2021 Astrazeneca, autopsie AVC thrombotique,

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/astrazeneca-etudiant-nantais-decede-on-ira-jusqu-au-bout-pour-avoir-la-verite-dit-la-famille-6cda0388-acd9-11eb-bcfd-058885220c6f

Gillen Lusson 26 ans handballeur décédé le 25 décembre 2021 à Sablé

https://twitter.com/AgretDenis/status/1498242374354489346?s=20&t=3FWpVFy-hRmw6veMUlD6_g

et tant d’autres décès qu’il serait nécessaire de reconnaitre « morts pour La France » dans une guerre bien inutile.

Au total, 1364 décès Pfizer, 131 Moderna, 243 Astrazeneca, 39 Janssen ,

soit 33 230 cas graves dont 1 777 décès avec une sous déclaration évidente et un retard de plus de deux mois dans les rapports Janssen et Astrazeneca.

Un cas grave survient toutes les 4 166 injections toutes doses confondus, quelque soit la marque… jolie roulette russe hi, hi, hi ! risque colossal et inacceptable.

Actualité – Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la Covid-19 – Période du 14/01/2022 au 27/01/2022 – ANSM (sante.fr)

Le vaccin Pfizer (et autre) ne protège pas des cas graves !

La preuve dans le même rapport ANSM : https://ansm.sante.fr/actualites/point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-covid-19-periode-du-28-01-2022-au-10-02-2022

7% des 22 816 cas graves sont « infection à Sars Cov 2 », soit 1 608 infections Sars Cov2.

Et parmi les décès post 3ème dose, 19 sont des décès avec « infection à Sars Cov2 », soit 16,2% des décès post 3ème dose.

Enfin, au moins 61 décès / 117 décès post 3ème dose sont survenus chez des personnes sans « cause attribuable » donc chez des personnes sans antécédent.

Cela signifie que ces 61 décès sont 100% attribuable au vaccin Pfizer.

Le « vaccin » est donc un agent de cause externe de morbi mortalité au sens propre du terme dans la Classification Internationale des Maladies de l’OMS.

https://fr.wikipedia.org/wiki/CIM-10_Chapitre_20_:_Causes_externes_de_morbidit%C3%A9_et_de_mortalit%C3%A9

Le vaccin tue les enfants et les adultes avec ou sans antécédent !

Le vaccin est une arme., « une arme vaccinale sûre et très efficace » comme l’a écrit l’Académie de Médecine le 4 août 2021 !

https://www.academie-medecine.fr/larn-messager-une-arme-vaccinale-sure-et-tres-efficace-contre-la-covide-19/

Le principe de précaution aurait dû être activé depuis le mois d’avril – mai 2021 suite à mes très nombreuses alertes.

Malheureusement, aucun média mainstream n’a relayé ma parole de manière sincère, honnête et complète à ce jour.

Aucun responsable « sous les ordres » du Président n’a pris la peine de dénoncer cela publiquement au risque de la peur d’être dénoncé, licencié, etc…

Alors que j’ai pris le soin d’alerter à maintes reprises y compris de manière publique devant l’ARS Occitanie le 20 septembre 2021 en vidéo, vidéo qui a été réceptionné et déposé au tribunal de Montpellier.

Le Ministre de la santé et le directeur ARS Occitanie en accusent de fait réception en déposant une plainte politique contre moi pour une soi-disant « menace de mort » et me faisant subir 2 jours de garde à vue.

Par conséquent, notre président Emmanuel Macron est

  • Premièrement, largement au courant des effets indésirables et des décès post « vaccination Covid » 
  • Deuxièmement, largement responsable de la mort de ces citoyens français dont au moins 44 enfants en France des suites de « vaccination » Pfizer.

Par conséquent, Mr Emmanuel Macron laisse tuer ou blesser, mutiler volontairement des citoyens sur le sol français.

Mr Emmanuel Macron est responsable de mise en danger de la vie d’autrui, de menace de mort, d’empoisonnement et d’homicide volontaire. Il a du sang sur les mains !

Cet homme ne mérite plus la reconnaissance du peuple qui l’a élu et qu’il a laissé sciemment être blessé et tué par ses injections. Il n’est pas capable de protéger son peuple !

Il a trahi son peuple en laissant un produit dangereux être injecté et tué y compris des enfants depuis plus d’un an.

Il en va de même de son ministre Mr Olivier Véran et des responsables du CNOM Dr Bouet et du CDOM 34 Dr Cathala et de tout ceux que j’ai cité et alerté en personne.

Par conséquent, je vous demande de faire le nécessaire pour mettre en œuvre l’article 68 de la constitution dans la plus grande urgence : « Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. ».

Je pense que nous y sommes largement quand un président tue son propre peuple dans son propre pays…

Mr Emmanuel Macron a manqué à son devoir de protection des citoyens.

Il doit être répudier, arrêter et juger.

Les responsables politiques doivent faire leur devoir et activer l’article 68 de la constitution pour nous protéger.

Il en va de la souveraineté de notre Pays. Il en va de la vie de nos familles, de nos enfants.

Voilà, je vous ai tout démontré au prix de 3 gardes à vue, deux procès politiques en plus d’un an.

Problème résolu, CQFD : ce qu’il fallait démontrer.

ECHEC ET MAT, LE ROI NOIR TOMBE !

Veuillez recevoir, Mesdames, Messieurs, mes sentiments les plus dévoués pour La Nation.

Dr Denis AGRET

PS : Il y a des solutions médicamenteuses pour soigner de manière préventive ou curative les personnes injectées que je pourrais proposer officiellement une fois le pouvoir repris et par conséquent l’accès indépendant aux médias, afin d’éviter, de prévenir d’autres morts ou handicapés.

Article 68

Version en vigueur depuis le 24 février 2007

Modifié par Loi constitutionnelle n°2007-238 du 23 février … – art. unique

Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.

La proposition de réunion de la Haute Cour adoptée par une des assemblées du Parlement est aussitôt transmise à l’autre qui se prononce dans les quinze jours.

La Haute Cour est présidée par le président de l’Assemblée nationale. Elle statue dans un délai d’un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Sa décision est d’effet immédiat.

Les décisions prises en application du présent article le sont à la majorité des deux tiers des membres composant l’assemblée concernée ou la Haute Cour. Toute délégation de vote est interdite. Seuls sont recensés les votes favorables à la proposition de réunion de la Haute Cour ou à la destitution.

Une loi organique fixe les conditions d’application du présent article.

2 réponses sur “Lettre aux responsables de notre Pays.”

  1. Bravo pour la vérité que vous dîtes. Votre courage et détermination sont honorables. La commission sénatoriale des affaires sociales vous donne raison tout comme la Défenseure des Droits. Que faire maintenant pour que ces injections soient stoppées si les personnes de pouvoir refusent cette réalité ? Espérons que la clairvoyance finira par exister.

  2. Assez d’accord avec votre analyse qui confirme ce que modestement j’avais déterminé par mes propres analyses. Juste un surprise, je me demande bien pourquoi vous vous êtes adressé à J Lassale ?? !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.